Cake au miel rapide

Prénom, Nom
Irena Pekarskiene; 66 ans, Russie

Histoire personnelle
J’ai appris cette recette il y a 46 ans de la marraine de mon mari qui aurait 110 ans aujourd’hui. Je n’aimais pas passer trop de temps dans la cuisine et je ne préparais que des plats rapides et faciles à faire. Ce gâteau ne demande pas de préparation et on trouve toujours de la farine, du beurre et un pot de confiture dans son placard. C’est un dessert simple et facile pour des invités imprévus ou lorsqu’on a envie de quelque chose de sucré.

Niveau de difficulté
Niveau de difficulté II

Temps
Combien de temps va prendre la préparation ?10 min
Combien de temps va prendre la cuisson ? 30-40 min

Ustensiles
Casserole, Bol, Moule

Nombre de personnes
1 gâteau

Ingrédients
50 cl de kéfir
24 cuillères à soupe de farine
500 grammes de n’importe quelle confiture
2 cuillères à café de bicarbonate de soude
1 verre de sucre
200 grammes de beurre ou de margarine

Étapes
Faire fondre le beurre dans une casserole.
Activer le bicarbonate dans le kéfir.
Ajouter la confiture, le sucre et la farine et bien mélanger jusqu’à obtenir une pâte liquide épaisse.
Verser la pâte dans le moule.
Faire cuire dans un four préchauffé à 180°C pendant 30 à 40 minutes.


Astuces et secrets: un secret pour qu’elle soit encore meilleure ?
Le goût de ce gâteau dépend de la confiture utilisée. La quantité de farine est à mesurer selon l’épaisseur de la pâte. La pâte doit couler mais n’être pas trop liquide.

Astuces santé: cette recette permet-elle de lutter contre une maladie ?
Dépend de la confiture : les myrtilles sont bonnes pour la vue ; les airelles et les myrtilles sauvages ont des effets bactéricides et aident à reconstituer la flore intestinale après un traitement antibiotique.

Astuces saison: quelle est la meilleure saison pour manger ce plat ?
Je prépare ce gâteau surtout en hiver quand je dispose de beaucoup de confitures faites maison.

Ce projet a été financé avec le soutien de la Commission européenne. Cette publication n’engage que son auteur et la Commission n’est pas responsable de l’usage qui pourrait être fait des informations qui y sont contenues.